En foyer d'accueil médicalisé pour adultes handicapés |

« Gwen , Mamhed, Amandine, Lyés, André, Yves...   ils m’accueillent toujours comme si nous étions jour de fête ; c’est aussi pour moi, chaque semaine, jour de fête. Avant même que je rencontre leur regard, ils savent tout de suite dans quel état intérieur je suis …  bien avant que je puisse sentir moi où ils en sont et ce dont ils ont besoin.

Lorsque je suis joyeuse, ils sont taquins, me donnent un peu de fil à retordre, mais pas trop,  juste pour la forme… car nous sommes toujours heureux de nous retrouver.

Lorsque je suis fatiguée, ils m’enveloppent de leur présence et ils s’abandonnent sous mes mains pour ne pas me donner trop de travail.

Parfois ils sont fatigués eux aussi, ou tristes, ou contrariés mais ils me le communiquent simplement et demandent avec leurs yeux : «petite sœur, mets tes mains là, s’il te plaît » ou avec leur peau « Non petite sœur, pas aujourd’hui, pas ainsi, là, juste là, m’entends-tu? »  » Sophie Martin.